Le géopicturalisme

Notre planète est le seul sujet de ma peinture.

Je peins des vallées tranquilles et des secousses volcaniques, des vagues de sécheresse, des soleils puissants, de sombres atmosphères, des grondements souterrains, des jours en feu, des montagnes arides, des pays en détresse, des contrées humides ou des climats rugueux….

La terre comme je la sens vibrer, la planète m’habite dans sa force vitale au-delà du temps.

 « La terre dans tous ses états », est le titre et le thème d’un grand nombre de mes expositions passées. Ce titre exprime ma constante recherche à transmettre le pouvoir émotionnel que je ressens de la terre hors du temps et de l’espace.

Peindre la sensation des phénomènes géologiques, ses enchantements et sa féérie ou ses bouleversements planétaires est ce que j’appelle le géopicturalisme, une fusion avec la nature pour définir l’œuvre que je tente de faire.

Suzanne Olivier
août 2015

Proverbe chinois : Pour peindre un arbre faites-le d’abord pousser à l’intérieur de vous.


 

Mon dessin d’approche est un trait au pinceau ou au pastel qui surgit sur la toile ou la feuille. Quelles que soient les images qui apparaissent je maintiens l’harmonie et l’équilibre de l’ensemble. Je ne décide pas du sujet, je le laisse s’ouvrir et me guider. Je m’arrête en cours de route pour une pause, laissant l’image s’orienter vers la découverte, toujours incertaine.

L’image vient de l’intérieur. Avec les taches ou les lignes tracées j’amène le dessin immanquablement à un paysage, un lieu inconnu comme s’il existait en moi, avec comme seul élément de référence : l’horizon. J’aime asseoir le dessin sur une base, une sorte de dénivellation de l’espace.

Le paysage change comme je change avec les saisons. Les bouleversements quotidiens qui surviennent à notre planète me hantent.

La couleur émane d’elle-même, je ne la cherche pas, elle colore les humeurs saisonnières.

J’ai toujours préféré laisser venir l’image, la majorité du temps elle m’a montré l’univers, sa matière minérale et végétale.

« Voici le cheminement secret d’un pas qui s’aventure et qui entraîne vers l’inconnu de soi-même. » P.Courthion

2014


 

Voici un aperçu d’une démarche artistique qui s’étale à partir de la fin des années 50 quand mon intérêt pour les arts plastiques s’est affirmé.

Ayant grandi sous l’influence du mouvement automatiste au Québec, je ne pensais et rêvais que d’art spontané et de gestuelle à la suite de Borduas et des artistes proclamant le Refus global. Mes premiers graffitis au fusain m’enthousiasmaient.

Développant ma personnalité picturale, approfondissant ma recherche à partir des années des Beaux-Arts, j’ai repris et continué ce mouvement et cette manière de peindre, en y suggérant sur la toile des éléments de la nature. Cette nouvelle façon d’aborder la peinture, transforme le tableau en paysages non-réels libérés de la tradition, de la représentation.

Le principe de départ abstrait laisse surgir et se développer l’image en un tout organisé et cohérent, équilibré, donnant le sentiment d’un univers plus rapproché, plus saisissable.

On m’a souvent associé aux Impressionnistes de par le traitement à défaut de classification. Rien à voir, j’invente et j’élabore à partir de formes et de mouvements aléatoires sur la toile et ne travaille ni d’observation ni de mémoire, laissant toute la place à l’imaginaire.

Le dessin et la couleur joue un rôle de perspective, donnant une profondeur à l’ensemble, une tridimensionnalité inscrite dans la perception de notre univers.

C’est ma façon de renouveler la peinture, continuant d’utiliser la technique traditionnelle de la peinture à l’huile, infiniment riche et séductrice en possibilité. J’ai voulu aller au-delà de l’abstraction lyrique omniprésente dans ma jeunesse, resserrer les règles du hasard pour une plus profonde appropriation de l’image.

Suzanne Olivier

2009

[haut]

Suzanne Olivier artiste peintre